L'Organisation du Peuple en Lutte (OPL) affiche plus que jamais son opposition au président Jovenel Moïse. Après son départ de la coalition gouvernementale le parti d'Edgar LeBlanc, ne cesse d'exprimer son opposition face à l'action de l'administration Moïse.

Les dirigeants de l'OPL expriment leur opposition à l'organisation des élections législatives en octobre. Ils jugent que d'autres dossiers prioritaires doivent être pris en considération avant de s'engager dans les compétitions électorales. Les conditions ne sont pas réunies pour l'organisation des élections législatives de l'avis de l'ex président du Sénat qui recommande entre autre le lancement du procès Pétrocaribe.

Il doute que le dialogue engagé par le Premier Ministre puisse préparer la voie aux élections. Selon M. LeBlanc la méthodologie utilisée n'est pas la bonne. Il s'indigne notamment que le document sur le pacte de gouvernabilité ait été redigé unilatéralement par le pouvoir en place.

L'OPL est méfiante vis à vis du dialogue dans sa forme actuelle et est sceptique qu'il puisse permettre de trouver une solution à la crise.

M. LeBlanc se dit préoccupé par la détérioration des conditions économiques de la population et regrette que le gouvernement ait concentré toute son action dans le chantier politique.

Les pénuries de carburant et la dévaluation de la gourde sont considérées comme des dossiers urgents et prioritaires par l'OPL.

LLM / radio Métropole Haïti