M. Rudy Heriveaux, porte parole du parti au pouvoir, affirme que le régime reste ouvert au dialogue avec l'opposition. L'ex sénateur plaide pour la formation d'un gouvernement d'ouverture qui rassemblerait des personnalités des partis politiques de l'opposition.

Il se dit révolté par le comportement de plusieurs leaders de l'opposition radicale qui ont rejeté l'appel au dialogue du président Moïse. Il accuse ces dirigeants politiques de prôner une violence qui frise le terrorisme dans le cadre de leur action politique.

Des dirigeants politiques monnayent des casseurs pour détruire les entreprises privées, a lancé M. Herriveaux plaidant pour le vivre ensemble en dépit des divergences.

Il assure que le gouvernement tout en maintenant l'appel au dialogue est déterminé à œuvrer en vue d'améliorer les conditions de vies de la population. Le chef de l'état est conscient de ses responsabilités face à la crise économique, a dit le directeur général du ministère des affaires sociales.

Interrogé sur une perception d'impuissance de l'état face à la crise financière et l'instabilité politique, M. Herriveaux a assuré que le pouvoir est prêt à faire tout ce qui est humainement et politiquement possible pour trouver une solution.

LLM / radio Métropole Haïti