Le sénateur Willot Joseph ne décolère pas contre les dirigeants de l'Opposition et des membres du secteur privé qui réclament la démission du chef de l'état. Il se dit confiant que le président Jovenel Moïse pourra boucler son mandat en dépit des multiples manifestations et blocages de routes.

Intervenant à l'émission Le Point de radio télé Métropole en début de semaine, M. Joseph a expliqué que les citoyens ne sont pas informés de l'intérêt financier des initiateurs de la mobilisation anti gouvernementale. Il révèle que des opérateurs économiques mécontents de la perte de dividendes dans les secteurs de la constrction et de l'énergie électrique se sont alliés à des leaders politiques pour creer un climat d'instabilité.

De plus il souligne que l'échec du président Moïse dans certains secteurs est partagé avec les parlementaires qui ont en leur possession des porte feuilles ministérielles et des directions générales. De l'avis de M. Joseph ces parlementaires devraient rendre leur possession dans l'administration publique avant de réclamer la démission du chef de l'état.

Ex Maire et ex député le sénateur Joseph n'entend pas faire mystère des deals en ce qui a trait à la fonction publique. Le sénateur Latortue contrôle l'ONA, le sénateur Lambert l'OFNAC, le sénateur Sénatus le ministère des sport, le sénateur Kedlaire le ministère de l'éducation, le sénateur Jacinthe le ministère du commerce, le sénateur Wanique la Sonapi, le sénateur Foucsnd APN, le sénateur Gélin la direction générale du ministère de l'éducation, le sénateur Cantave le FAES, le sénateur Delva la CAS, le sénateur Célestin le BMPAD.

Certains députés influents ont décroché également des postes c'est le cas du député Cholzer Chancy qui controle le FER et de son collègue Gary Bodeau qui contrôle le SMCRS.

De plus le senateur Joseph fait remarquer que d'autres partis politiques sont, à l'instar de la KID qui controle le ministère de défense et l'INFP, représentés au sein du gouvernement.

Le sénateur Joseph ne cache pas qu'il avait en vain sollicité le porte feuille des Travaux Publics. Les citoyens ne sont pas informés de ces intérêts dit-il estimant que certains parlementaires ont pu utilisé les ressources financières obtenues pour financer les manifestations et blocages de routes.
Il croit que les citoyens ne doivent pas assister passivement aux destructions de leurs biens faisant valoir qu'il ne s'agit nullement de démocratie.

LLM / radio Métropole Haiti