L'ancien président Michel Martelly accompagné de son groupe Sweet Micky, s'est rendu aux Cayes le week- end dernier pour participer aux festivités carnavalesques organisées par la mairie de cette ville.

Selon l'édile de la métropole du Sud, Gabriel fortuné, l'ex chef d'État l'a appelé pour lui demander l'autorisation de défiler aux Cayes pendant le carnaval.

Le premier jour des festivités, lors du défilé, le char de sweet Micky a été attaqué à coup de pierre. L'ancien Président a pointé du doigt le sénateur du Sud, comme étant responsable de cette attaque.

Monsieur Martelly a profité de cet espace pour tirer à boulet rouge sur l'opposition politique.

« Arrêtez de bluffer la population. Vous n'avez rien à dire. Ne prenez pas le carnaval comme prétexte, car vous, la constitution et la société, êtes les vrais problèmes du pays. Si l'on vous donne l'argent réservé au carnaval, vous le volerez », a indiqué Monsieur Martelly , tout en accusant l'opposition d' être responsable de la fermeture provisoire de plusieurs lignes aériennes.

Le lead vocal de Sweet Micky qui s'est exprimé publiquement pour la première fois depuis les dernières manifestations a rappelé qu'il a permis l'implantation de plusieurs hôtels dans le pays.

« J'ai fait venir des touristes en Haïti, des chefs d'État d'autres pays ont dormi dans le pays sous ma présidence », a déclaré Monsieur Martelly qui s'est montré très acide contre l'élu du Sud, Jean Marie Salomon. Ce dernier a lui aussi, réagi de façon musclée.

Dans une note postée sur les réseaux sociaux le sénateur a affirmé que le pays était pris en otage par des criminels.

« Quand la mafia est au pouvoir, l'honnêteté devient un crime », a-t-il souligné.

Il a fait savoir que l'assaut qu'il a subi aux Cayes durant les jours gras, n'est pas la victoire de Michel MARTELLY sur Jean-Marie SALOMON, mais celle de la honte sur l'honneur.

Il a demandé aux citoyens de la ville des Cayes de prendre leur responsabilité.

« J'ai assumé les miennes, et je n'ai rien à me reprocher, car j'ai combattu le bon combat.Tôt ou tard, le bien finira par l'emporter sur le mal, et je ne me fais aucun doute que la couronne de justice me sera réservée », a martelé l'ancien chef du parquet des Cayes.

Notons que l'ancien président Michel Martelly a annoncé qu'il est prêt à donner d'autres prestations, notamment à Port-au-Prince. EJ/Radio Métropole Haïti