AFP.- L'administration Clinton a mis en cause, mercredi, l'absence de volonté politique du Président haïtien René Préval pour organiser le plus tôt possible des élections en Haïti. "Nous pensons que le temps est venu pour organiser... des élections législatives d'ici la fin du mois, si bien sûre, la volonté politique est là. Pour l'instant, nous ne l'avons pas constaté", a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint en charge des affaires de l'hémisphère ouest, Peter Romero.

"Je pense qu'il n'y a plus d'excuses en Haïti qui justifieraient de ne pas tenir des élections crédibles, seule la volonté politique semble manquer", a-t'il ajouté devant la commission des relations internationales à la Chambre des représentants. "Nous sommes profondément préoccupés par l'échec du gouvernement haïtien à fixer une nouvelle date pour les élections législatives" a-t'il poursuivi.

L'absence de formation d'un "parlement d'ici le 12 juin, comme le veut la constitution haïtienne, risque d'isoler Haïti de la communauté des démocraties et met en cause la coopération à l'avenir". "Nous allons continuer à faire pression sur le président Préval dans les dix jours à venir... et tenter d'amplifier le concert d'indignation international". a-t'il précisé.

Le responsable américain a aussi condamné à nouveau l'assassinat, lundi, du plus célèbre commentateur politique en Haïti, Jean Dominique, 69 ans, directeur de Radio Haïti Inter. "Nous sommes choqués par cet assassinat" a-t'il dit.