Le secrétaire général adjoint de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, Jean Pierre Lacroix, a annoncé la semaine écoulée le début d'une phase de transition de la Mission des Nations Unies d'Appui à la Justice Haitienne (Minujusth). Afin de créer les conditions d'une transition réussie, la MINUJUSTH continuera de mettre en œuvre son mandat pour poursuivre et ancrer les progrès dans la mise en œuvre des critères de référence. Alors que l'évolution de la situation en Haïti depuis juillet dernier a confirmé la fluidité politique et la fragilité économique du pays, nous ne pouvons perdre de vue les progrès réalisés tout récemment dans le renforcement des institutions du pays, avec la Police nationale au premier plan », a résumé le Secrétaire général adjoint, a indiqué M. Lacroix lors d'une réunion la semaine écoulée du Conseil de Sécurité.

Le plan de développement stratégique quinquennal de la Police nationale haïtienne pour 2017-2021 est sur la bonne voie. Le ratio officier de police pour 1 000 habitants se situe à 1,32 proche de la cible de 1,45, et le pourcentage de personnel de la PNH présent dans les régions a dépassé les 35%, s'est-il félicité.

M. Lacroix a déclaré que le Secrétariat de l'ONU appuie le souhait des dirigeants haïtiens de mettre fin au maintien de la paix en Haïti et au mandat de la MINUJUSTH en octobre prochain, et de prendre en charge la sécurité du pays et la responsabilité qui va de pair.

Simultanément, le Secrétaire général recommande de continuer à accompagner Haïti « avec bons offices, droits de l'homme et capacités de conseil », recommandation qui se fonde sur une évaluation des besoins les plus pressants, a nuancé le haut fonctionnaire. « Nous estimons que le petit bureau consultatif stratégique préconisé dans le rapport constitue la configuration idéale pour répondre à de tels besoins en Haïti à ce stade », a-t-il ajouté.

Si les recommandations du Secrétaire général sont approuvées, les travaux de la MINUJUSTH au cours des six prochains mois seront consacrés à l'appui aux priorités des dirigeants et du peuple haïtiens. Simultanément, a-t-il dit, nous cesserions certaines activités progressivement, retirerions la présence opérationnelle de la police et préparerions une « transition en douceur » vers la présence postmaintien de la paix.

De son côté le représentant des États Unis, Jonathan Cohen, attend que le Conseil puisse mettre en place de la Mission Politique Spéciale de Suivi [Special Political Mission (SPM)] au moment opportun, et assurer une transition en douceur.

Selon le diplomate âméricain la SPM devrait comporter un pilier des droits de l'Homme pouvant faire avancer les progrès réalisés par la MINUJUSTH en ce qui concerne les critères de référence en matière de droits de l'Homme. Entre-temps, nous attendons que le gouvernement haïtien, avec la MINUJUSTH, continue d'œuvrer à la réalisation des objectifs jusqu'à la fin de la mission et bien au-delà, a t-il précisé.

LLM / radio Métropole Haïti