Le Chef de l'état haitien, Jovenel Moïse, 72 heures après la nomination du Premier Ministre Jean Michel Lapin, n'avait pas adressé de correspondances officielles aux présidents des deux branches du Parlement.

Ces correspondances sont indispensables pour lancer le processus de ratification de la la politique générale du Premier Ministre nommé, a rappelé le président du Sénat, Carl Murat Cantave.

L'arrêté de nomination a été publié le mardi 9 Avril 2019 dans le journal officiel Le Moniteur. Rentré hier d'une visite officielle au Panama, le chef de l'état devrait lancer le processus de ratification avant la fin de cette semaine.

En attendant l'ombre du Premier Ministre Jean Michel Lapin plane sur le Palais Législatif. Face aux journalistes plusieurs sénateurs se sont montrés très réservés. D'habitude prompts à exprimer leur opinion sur les actes de l'exécutif, les sénateurs ont fui les micros des journalistes. Certains ont assuré qu'ils n'ont pas l'autorisation pour s'exprimer au nom de leur groupe.

En réalité les sénateurs se gardent d'exprimer une opinion avant le début des négociations. Le président du Sénat affirme que les consultations entre les blocs devraient débuter ce jeudi 11 Avril 2019.

Les sénateurs avaient à leur disposition des portefeuilles ministérielles ou des postes de direction dans l'administration publique.

Seuls les sénateurs de l'opposition radicale, qui exigent la démission du président Moïse, ne sont pas concernés par les négociations en vue de la formation du gouvernement.

Le président Moïse dispose d'une majorité relative au Sénat. Ces parlementaires avaient empêché la tenue d'une séance d'interpellation du Premier Ministre Jean Henry Céant permettant la censure de la chambre basse.

Le sénateur Cantave assure qu'il ne peut évaluer les chances de succès du Premier Ministre Lapin. Dans la pratique le succès dépend des négociations directes entre le chef de l'état et chaque sénateur.

LLM / radio Métropole Haïti