Le sénateur Garcia Delva confirme avoir eu des entretiens téléphoniques avec le chef de gang du village de Dieu, Arnel Joseph. Toutefois il nie toute connivence avec le Caïd, assurant aue ses propos n'avaient rien à voir avec les forfaits reprochés à M. Joseph.

C'est une stricte neutralité que prône le sénateur Delva. Il ne pactise pas avec le chef de gang mais n'entend pas aider les policiers à capturer le criminels recherché par la justice.

Le sénateur, chanteur populaire, Delva explique qu'il peut s'entretenir avec n'importe qui. Il rapelle qu il avait participer à une campagne de plusieurs artistes pour promouvoir la paix à Cité Soleil.

En dépit de ses échanges par téléphones le sénateur Delva assure qu'il n'a jamais eu de tête à tête avec le chef de gang. Interrogé sur les points abordés avec M. Joseph, le sénateur Delva soutient qu'il revient aux membres de la commission justice et sécurité de rendre public les propos.

M. Delva se défend et aussi accuse. Il s'étonne que la commission sécurite et justice ait violé les règlements intérieurs du Sénat en réalisant l'enquête à son insu. Pour le parlementaire il s'agit d'un complot visant à l'abattre politiquement. Même s'il s'est gardé d'identifier un secteur le sénateur Delva soutient que ses comptenteurs utilisent les médias et la politique comme instruments pour parvenir à leur fin.

LLM / radio Métropole Haïti