Le sénateur Antonio Cheramy ne décolère pas contre les anciens ministres du nouveau gouvernement. Le parlementaire a laissé éclaté sa colère principalement contre le ministre de la justice, Jean Roudy Aly, qu'il accuse d'avoir fait fuir des étrangers amés appréhendés par les forces de l'ordre.

A l'origine de l'interpellation ratée de l'ex Premier Ministre Jean Henry Céant, le sénateur de l'opposition radicale promet d'empêcher au garde des sceaux d'accéder à la salle des séances lors de la présentation de l'énoncé de politique générale. M. Aly ne pourra pas entrer et je rejetterai à l'extérieur, a martelé le parlementaire.

Même s'il rassure en expliquant qu'il ne saurait recourir à la violence M. Cheramy juge que la reconduction de M. Aly au ministère de la justice s'apparente à une humiliation pour les citoyens.

Le ministre Aly avait dans une correspondance au directeur de la police judiciaire ordonné la libération des 7 individus de nationalité américaine.

En outre le sénateur Cheramy accuse le ministre de la justice d'être impliqué dans la création de plus de 100 gangs armés. Il n'avait rien fait pour mettre un terme à l'insécurité qui endeuille les familles haitiennes, insiste M. Cheramy qui au passage dénonce le président Moïse ainsi que les députés de la majorité présidentielle.

Le sénateur Cheramy est vent debout contre tous les anciens membres du gouvernement Céant reconduits par le Premier Ministre Jean Michel Lapin. Je m'opposerai à tous ceux qui n'avaient rien fait dans leur ministère et qui veulent revenir pour ironiser les gens, dit-il décrochant au passage une flèche en direction du ministre des finances en raison de la hausse du taux de l'inflation.

LLM / radio Métropole Haïti