L'arrestation et la détention du Délégué Départemental du Nord, Antonio Jules, suscite de nombreuses réactions des autorités et dans l'opinion publique.

Ce jeudi 16 mai 2019 les autorités locales ont fait état de la révocation du commissaire du gouvernement près le tribunal de Premiere Instance, Ferney Charles Saint Juste. Le ministère de la justice est mécontent de la décision du chef du Parquet dans le cadre de cette affaire.

Le sénateur Youri Latortue, également victime lors de l'attaque du Café Trio, dénonce une décision arbitraire du gouvernement. C'est un signal prouvant un banditisme d'état et une politique visant à placer la justice sous coupe réglée de l'exécutif, a soutenu l'ex président du Sénat.

Il met en garde contre des décisions arbitraires de l'exécutif qui peuvent provoquer une intensification de la mobilisation anti gouvernementale.

De son côté le dirigeant politique Samuel Madistin juge normal la réaction de l'exécutif. Le délégué est un haut fonctionnaire et le juge d'instruction doit au préalable obtenir l'autorisation du chef de l'état, a dit M. Madistin qui évoquait la législation Haitienne. L'arrestation est illégale si la législation n'a pas été respectée. L'habeas corpus est de mise dans pareil cas, dit-il rappelant que le commissaire du gouvernement est le représentant de l'exécutif au sein du système judiciaire.

Le délégué départemental est incarcéré dans le cadre de l'enquête sur l'attentat au Café Trio en Avril 2018. M. Jules avait été arrêté alors qu'il réalisait la procédure pour récuser le juge instructeur Emmanuel Vertilaire.

La détention du Délégué accusé d'être l'auteur intellectuel de l'attaque, a été confirmé par le chef du Parquet du Cap Haïtien.

LLM / radio Métropole Haïti