C'est une situation inédite le chef de l'état dispose d'une majorité dans les deux chambres et ne peut faire ratifier la politique générale de son Premier Ministre. Au cours de cette semaine le président Jovenel Moïse a modifié pour la deuxième fois le cabinet ministériel afin de prendre en compte les revendications d'une partie de la majorité et des 4 sénateurs de l'opposition radicale.

Les 4 sénateurs avaient, a deux reprises, exprimé bruyamment leur colère contre le cabinet ministériel à leurs yeux inconstitutionnel.

Au cours de cette semaine les négociations politiques se sont intensifiées entre les parlementaires d'une part et entre l'exécutif et les parlementaires d'autre part.

A la chambre basse le rapport de la commission sl'exécute analyse des dossiers du Premier Ministre et des ministres, devrait être prêt le màrdi 28 mai 2019, révèle le député Alfrdo Antoine. Il annonce que la majorité adressera une correspondance au président Bodeau pour réclamer la tenue de la séance.

Le parlementaire fait remarquer qu'aucune disposition légale n'interdit à la chambre des députés de se saisir de ce processus de ratification déjà en cours au Sénat.

Entre temps au Grand Corps les négociations pour parvenir à une entente n'ont pas abouti. Les 4 sénateurs menacent de recourir une fois de plus à une manifestation. La reconduction des anciens ministres, pratique politique établie depuis plusieurs années, est rejetée par les sénateurs de l'opposition radicale.

Sans gouvernement et sans budget , le chef de l'état navigue à vue dans une conjoncture complexe marquée par la forte dépréciation de la gourde et une forte hausse de l'insécurité.

LLM radio Métropole Haïti