Les résidents du quartier de Juvenat à Pétion ville, ont poursuivi ce lundi 27 mai 2019 leur mouvement de protestation suite à l'assassinat de l'inspecteur de police, Alix Jean René.

Les résidents ne décolèrent pas et ont érigé de multiples barricades avec des bouteilles notamment pour barrer la route aux automobilistes. Les résidents réclament que la lumière soit faite sur le crime et que les coupables soient appréhendés. Les citoyens ont fait valoir que l'officier de police était le garant d'un climat de paix dans la zone.

Le policier a été abattu de 10 projectiles alors qu'il se trouvait dans une station à essence.

Les parents du policier ont exprimé leur peur et angoisse suite à l'assassinat. Ils disent redouter que les criminels, qui deja avaient proféré des menaces, ne tentent des les mettre à exécution.

Le coordonnateur du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), Pierre Espérance, critique les autorités gouvernementales qui n'ont adopté aucune disposition pour freiner l'insécurité. Il révèle que 19 policiers avaient été tués entre janver et mai 2019. Ces statistiques sont supérieures au nombre d'agents de l'ordre tués lors de l'année 2018, explique M. Espérance.

Les manifestations de résidents pour réclamer des dispositions urgentes contre l'insécurité se sont intensifiées au cours des dernières semaines. Des manifestations à Léogane, au Gonaïves, à Carrefour feuilles et à Port-au-Prince ont été réalisées pour condamner le climat de terreur instauré par les gangs et la passivité des autorités gouvernementales.

LLM / radio Métropole Haïti