Le président du Sénat haïtien, Carl Murat Cantave, est tiraillé par les deux groupes antagoniques qui réclament des dispositions confoes à leurs revendications. M. Cantave avait menacé d'adopter des dispositions spéciales en vue de fermer le grand corps pour restructuration ou de sécuriser la salle en vue de favoriser le déroulement de la séance de rarification de la politique générale du Premier Ministre. .

Les propositions ont été rejetées d'un revers de main par la majorité présidentielle et l'opposition radicale.

Le sénateur Nenel Cassy s'insurge contre le recours à des agents de la police pour garantir le bon déroulement de la seànce plénière. Il prévient qu'il pourrait le cas échéant se faire accompagner de sa sécurité rapprochée à l'intérieur de la salle.

L'un des membres de la majorité, Ronald Lareche, considère comme une blague les déclarations du sénateur Cantave relative à la fermeture du Sénat pour restructuration. Il exhorte le président du grand corps à engager des discussions avec les groupes politiques en vue de trouver un accord pour la réalisation de la séance de ratification de la politique générale du Premier Ministre Jean Michel Lapin.

M. Lareche soutient que M. Cantave doit faire montre de leadership efficace pour réaliser la séance sinon il risque d'être destitué par l'assemblée des sénateurs.

Entre temps la commission spéciale en charge de l'analyse des dossiers du Premier Ministre et des ministres est dans l'attente d'un rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contrntieux Administratif (CSCCA) sur les 4 ministres recemment nommés.

Le président du Sénat plaide pour un dialogue direct entre le chef de l'état et l'opposition radicale en vue de trouver une entente indispensable à la séance de ratification de la politique générale.

LLM / radio Métropole Haïti