La Présidence haïtienne est dans l'attente d'un retour à la normale au Sénat. M. Jude Charles Faustin, conseiller du chef de l'État, soutient que le président Moïse ne peut intervenir dans le fonctionnement du Sénat.

L'ex député qualifie d'inédit les actes de vandalisme perpétrés par les 4 sénateurs de l'opposition radicale. Ce sont des sénateurs qui ont décidé de vandaliser et détruire les matériels de leur institution, a regretté M. Faustin.

Nous condamnons cet acte inacceptable, a martelé M. Faustin estimant que l'Etat d'Haïti a touché le fond dans le cadre de son histoire démocratique.

M. Faustin souligne qu'il revient au président du Sénat d'adopter les dispositions permettant de faciliter le bon fonctionnement du Grand Corps.

Il rejette la responsabilité de l'enlisement de la crise sur les sénateurs de l'opposition radicale. Ils prennent le Sénat en otage, dit-il jugeant que ces 4 parlementaires sont responsables de la poursuite de la dégradation des conditions de vies des couches vulnérables de la population.

Interrogé sur les argumentaires des sénateurs de l'opposition radicale relatifs à l'illégalité de la reconduction des ministres démissionnaires, M. Faustin a fait valoir qu´aucune dispositions constitutionnelle ou légale n'interdit cette décision. De plus il rapelle que deux des quatre parlementaires ont déjà approuvé cette pratique qui constitue un précédent.

La Présidence n'entend pas fléchir estimant que les sénateurs de l'opposition sont en train d'appliquer leur stratégie de blocage dans le cadre de leur plan de "coup d'état".

LLM / radio Métropole Haïti