Dans son dernier rapport sur la gestion des fonds Pétrocaribe la Cour Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) a indiqué que la gestion des fonds était ineficiente et non économique. • La Cour a fait la démonstration que des étapes clés liées à la saine gestion des projets immobiliers n'ont pas été suivies et ce faisant les projets d'investissement et les contrats liés au fonds PetroCaribe n'ont pas été gérés de façon efficiente et économique. De plus, aucune préoccupation sur les générations futures n'a été prise en compte dans la mise en œuvre de ces projets•, précise le rapport.

" La Cour a clairement établi que, dans l'ensemble, des documents pertinents étaient manquants dans la plupart des projets et contrats examinés malgré la valeur monétaire des investissements en cause. Il a dès lors été impossible de réaliser un audit exhaustif de plusieurs projets".

Compte tenu de cette gestion ineficiente la " Cour recommande aux autorités compétentes d'engager des réformes structurantes afin de s'attaquer aux causes des pratiques déviantes et ainsi changer les pratiques et la culture des organisations ayant permis que de telles défaillances émergent. Cette réforme approfondie porterait notamment sur l'élaboration des projets de développement, leur gestion et surtout l'octroi des contrats pour la mise en œuvre de tels projets. Par exemple, la République d'Haïti doit se déminer pour savoir si les projets de développement doivent s'appliquer aux lois de mesures d'urgence".

De plus la Cour " recommande que des travaux en profondeur soient menés pour évaluer et rendre compte aux citoyens ainsi qu'aux parties prenantes sur le montant de la dette de la République d'Haïti envers la République bolivarienne du Venezuela au 30 septembre 2016".

LLM / radio Métropole Haïti