L'assassinat du journaliste Rospide Pétion est un fait grave que nous condamnons, a martelé le président de l'Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH), Frantz Duval. Il déplore cet crime inacceptable. Nous avons prostesté suite à l'attaque contre radio Ginen mais nous ne savons pas que le pire était à venir, a regretté M.Duval.

Le calvaire des journalistes haïtiens a débuté avec les mouvements de protestation de cette semaine, insiste M. Duval rappelant une tentative d'incendie de Sud FM et la blessure par balle d'un photojournaliste du Nouvellste.

De l'avis de M. Duval tous ces forfaits s'inscrivent dans le cadre des dérives et de la situation incontrôlable de la nation.

Le président de l'ANMH appelle les journalistes à la prudence et exhorte les policiers à protéger les journalistes. Les journalistes continueront à faire leur travail puisque c'est la principale mission pour la société, a insisté M. Duval.

Interrogé sur les critiques de certains secteurs en ce qui a trait à la ligne éditoriale des médias M. Duval soutient que c'est un un droit dans le cadre d'une démocratie. Chaque média choisit sa ligne éditoriale et c'est ce qui produit la pluralité et favorise l'équilibre.

LLM / radio Métropole Haïti