En pleine crise sociopolitique, le président de la République continue de promouvoir un dialogue inclusif.

Lors de son discours à l'occasion de la célébration du 24ème anniversaire de la police nationale, ce mercredi 12 juin, Jovenel Moïse a appelé toutes les forces vives de la nation au dialogue et au calme, condition sine qua non, selon lui, pour un retour à la normale et remettre le pays sur les rails du développement.

"Les troubles sociopolitiques ne font qu'aggraver la situation socioéconomique du pays et constitue un handicap au développement d'Haïti", a martelé M. Moïse qui renouvelle son engagement à continuer d'œuvrer en faveur du bonheur du peuple haïtien.

Accusé d'être l'un des dilapidateurs des fonds PetroCaribe, le président de la République s'est prononcé sur ce dossier pour la première fois depuis la publication du 2ème rapport de la CSCCA qui a occasionné un vaste mouvement de protestation à travers lequel plusieurs milliers de citoyens réclament son départ.

Le garant de la bonne marche des institutions invite la justice à faire son travail dans le but de permettre à toutes les personnes qui ont mal géré ou mal utilisé l'argent des fonds vénézuéliens de répondre de leurs actes."Il faut que la justice fasse son travail en menant des enquêtes en profondeur afin que toutes les personnes qui ont mal géré ou utilisé ce fonds puissent répondre aux questions de la justice à travers un procès juste et équitable", revendique Jovenel Moïse.

La loi est une pour tous. Une formule qui n'échappe pas à l'occupant du Palais national. En ce sens, il a invité les autorités compétentes à mener des enquêtes sur la compagnie" Agritrans", qu'il dirigeait avant son ascension à la magistrature suprême, épinglée dans le rapport d'audit de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif. Le président Jovenel Moïse est accusé d'être au cœur d'un "stratagème de détournement de fonds" par la Cour supérieure des comptes à travers deux compagnies Agritrans et Betex.

" Votre président, celui que vous avez voté n'est et ne sera jamais un corrupteur ", s'est défendu Jovenel Moïse, ce mercredi 12 juin, lors de la cérémonie des 24 ans d'existence de la Police Nationale d'Haïti (PNH).Alors que Jovenel Moïse tente de laver son image, des PetroChallengers ont prévu de manifester à nouveau les 13 et 14 juin prochain pour le contraindre à la démission.

GEA /Radio Métropole Haïti