Les députés haïtiens peinent à plancher sur des dossiers urgents dont l'analyse de la demande de mise en accusation du chef de l'état et la ratification de la politique générale du Premier Ministre nommé, Fritz William Michel.

Le président de la commission spéciale chargée d'analyser les dossiers du Premier Ministre et des ministres, Hermano Exinor, informe que le rapport sera prêt à la fin de cette semaine. Il explique que les membres de la commission sont dans l'attente de rapports notzmment de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA).

Au cours des derniers jours les membres de 3 sous commissions ont effectué des vérifications auprès de plusieurs organismes publics.

Le dépôt du rapport de la commission parlementaire ouvrira la voie à la séance consacrée à l'analyse de la politique générale du Premier Ministre nommé.

M. Michel, a déjà bouclé la rédaction du document, a assuré le secrétaire d'état à la communication, Eddy Jackson Alexis.

La chambre basse devra boucler la séance relative à l'analyse de la demande de mise en accusation du président Jovenel Moïse. La séance a été mise en continuation en deux occasions par le président de la chambre basse, Gary Bodeau.

Plusieurs députés de la majorité ont critiqué la décision de leur président arguant que la séance pouvait être réalisée avec le quorum de 60 élus présents. Le député de Chansolme, Joseph Fils, dénonce la passivité des forces de l'ordre face à l'agressivité des manifestants rassemblés devant la Parlement. Il se prononce pour la tenue de la séance afin que l'assemblée puisse se prononcer.

Le parlementaire fait remarquer qu'il faut passer à d'autres dossiers plus urgents dont la situation sécuritaire et des dispositions pour combattre la crise économique.

De son coté le président de la chambre basse a justifié sa décision par l'absence d'un dispositif sécuritaire efficace devant le Palais Législatif. Il a critiqué l'exécutif qui n'a pas joué sa partition en ce sens.

Entre temps, le député de Kenskof, Alfredo Antoine, a fait dépôt d'une proposition de loi d'application sur la Haute Cour de justice. Il souligne l'absence de procédure pour un tribunal que les députés de l'opposition veulent activer.

LLM / radio Métropole Haïti