Les acteurs du secteur des produits pétroliers annoncent un rationnement de l'essence au cours des 3 prochaines semaines. Il clair il s'agit de la persistance de la pénurie des hydrocarbures jusqu'au 15 septembre 2019.

Même si le gouvernement n'intervient plus directement dans l'importation des produits pétroliers les compagnies attirent l'attention sur la responsabilité de l'état dans cette rareté devenue récurrente. L'état n'aurait versé que l'équivalent d'un mois de taxe au compagnies pétrolières dans le cadre d'un effort pour rembourser les dettes liées à la subvention de l'essence.

Total n'a reçu que 30% de ses arriérés ce qui ne contribue pas à résoudre les problèmes de trésorerie. On navigue à vue dans ce secteur hautement stratégique.

Les spécialistes annoncent l'arrivée d'une petite commande de Sol ce mardi mais ceci ne pèserait pas lourd face à la demande. A la fin de cette semaine un autre tanker livrera des produits pour Dinassa et 3 autres compagnies.

Le rationnement se poursuivra même si des petites commandes arrivent. L'objectif du rationnement est d'éviter une rupture totale de stock de ce produit stratégique.

Rien n'est sûr pour l'après 15 septembre 2019. Les spécialistes font valoir que l'avenir dépendra de la capacité de l'administration à rembourser les subventions. L'état peine à mobiliser les ressources nécessaires pour rembourser les dettes contractées envers les compagnies pétrolières. Ces arriérés avoisineraient les 100 milliards de gourdes.

Les autorités gouvernementales n'envisagent plus une hausse des prix de l'essence à la pompe redoutant une résurgence des mouvements de protestations violentes comparables aux émeutes de juillet 2018.

LLM / radio Métropole Haïti