Une situation de tension règne actuellement dans plusieurs zones de la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Des barricades de pneus enflammés ont été érigées dans certains endroits de la capitale, tôt ce matin.

Certains citoyens protestent contre la rareté des produits pétroliers.

Le transport en commun connait actuellement un ralentissement suite à un rationnement observé depuis plusieurs jours dans la distribution des produits pétroliers.

Même si le gouvernement n'intervient plus directement dans l'importation des produits pétroliers les compagnies attirent l'attention sur la responsabilité de l'état dans cette rareté devenue récurrente. L'état n'aurait versé que l'équivalent d'un mois de taxe aux compagnies pétrolières dans le cadre d'un effort pour rembourser les dettes liées à la subvention de l'essence.

Entre temps, il y a une flambée des prix de l'essence au marché noir.

Les automobilistes critiquent le gouvernement qui n'a jamais su prévenir une pénurie de carburant. De longues files de véhicules étaient remarqués dans les stations à essence dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Intervenant sur les ondes de Métropole ce lundi, Le directeur du Bureau de Monétisation de l'Aide Publique au Développement (BMPAD), M. Paul Ignace Saint Fleur, précise que 250 000 barils d'hydrocarbures sont arrivés actuellement à Port-au-Prince.

EJ/Radio Métropole Haïti