La pénurie de carburant a exacerbé la colère des haïtiens confrontés à une grave crise socio économique et sécuritaire. Des barricades de pneus enflammés ont été érigées dans plusieurs artères importants de la région métropolitaine ce lundi 2 septembre 2019.

Le rationnement de l'essence provoque une grande colère d'autant que la théorie du complot est privilégiée par nombre d'acteurs. Le gouvernement se trouve entre l'enclume et le marteau : des acteurs politiques et de la société civile l'accusent d'oeuvrer dans l'ombre pour augmenter les prix de l'essence tandis que les compagnies pétrolières dénoncent l'accumulation de dettes.

Les Port-au-Princiens sont irrités du rationnement qui réduit d'avantage le fonctionnement dans la société. Ajoutés aux contraintes sécuritaires et économiques les résidents de la capitale doivent passer des heures à attendre dans une station à essence.

Les chauffeurs de taxi moto, très nombreux, sont en première ligne de la protestation. Ils se considèrent comme les premières victimes du rationnement. Des barricades de pneus enflammés étaient constatées à Martissant ce lundi à la mi-journée.

Une diminution du transport en commun est constaté en même temps qu'une hausse des tarifs dans les divers circuits. Les chauffeurs font valoir qu'ils sont contraints d'acheter le carburant au prix fort sur le marché noir.

La tension est perceptible dans les divers artères de la Capitale. Dans le même temps des acteurs politiques s'évertuent à instrumentaliser la colère des citoyens contre le gouvernement.

LLM / radio Métropole Haïti