Les députés de l'Opposition ont échoué lamentablement dans leur bras de fer avec la majorité en marge de la séance de ratification de la déclaration de politique générale u Premier Ministre, Fritz William Michel. Le député Abel Descolines révèle que lui et ses collègues de l'opposition ont dû fuir le Palais Législatif en raison des craintes pour leur sécurité.

Il souligne que certains membres de la majorité avaient agressé physiquement deux collègues de la minorité. Des menaces de mort ont été proférées contre nous et il y avait une forte hostilité contre l'opposition, a expliqué le député de Mirebalais.

M. Descolines approuve les actes de vandalisme de la salle des séances tôt dans la matinée faisant valoir qu'il n'avait pas pu rejoindre le groupe de députés casseurs en raison de problème de transport. Il révèle que les actes de vandalisme faisaient partie d'une stratégie pour empêcher la tenue de la séance de ratification.

La présence des députés de l'opposition visait essentiellement à empêcher la tenue de la séance de ratification. Le député Descolines s'indigne du comportement des députés de la majorité dont certains ont estimé qu'il fallait leur empêcher l'accès à la salle de séance.

De plus le député Descolines dénonce la présence de certains individus armés à l'intérieur du Palais Législatif. Il accuse des députés de la majorité d'avoir favorisé l'intrusion de ces individus dans le dessein d'agresser les députés de l'opposition.

LLM / radio Métropole Haïti