Dr. Julio BERDEGUE, Assistant Directeur-général (ADG) et Représentant Régional de l´Organisation des Nations Unies pour l´Alimentation et l'Agriculture (FAO) pour l'Amérique Latine et les Caraïbes, a effectué une visite à Port-au-Prince du 21 au 24 août 2019 pour des entretiens à haut niveau avec des partenaires nationaux et internationaux.

Cette visite a été l'occasion pour le Dr Julio BERDEGUE de s'entretenir avec les hautes autorités d´Haïti ainsi qu'avec les partenaires techniques et financiers sur la nécessité de renforcer leur collaboration avec la FAO afin de mieux soutenir les politiques et actions prioritaires de l´Etat visant le développement du secteur agricole et l´établissement de la sécurité alimentaire durable.

Après avoir rencontré les collaborateurs de la Représentation de la FAO en Haïti, l´ADG a été reçu par le Premier Ministre, SE Jean Michel LAPIN, avec qui il a surtout échangé sur le nécessaire développement du secteur agricole en Haïti. Le Premier Ministre a souligné à l´ADG qu´Haiti devrait « sortir de l´agriculture de subsistance pour aller vers une agriculture de développement ».

En outre, l´ADG s´est entretenu avec le Coordonnateur Résident des Nations Unies en Haïti, Dr Mamadou DIALLO, sur l´appui que ce dernier apporte au secteur de la sécurité alimentaire et la nutrition dans le pays. Toutefois, au-delà de cette question, Dr DIALLO croit que « la FAO a les capacités d´aider Haïti à prendre la voie du développement durable en tissant de nouveaux partenariats et en s´appuyant sur les ressources existantes de ses partenaires ».

Puis, l´ADG a eu un entretien avec le Ministre de l´Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR), M. Jobert C. ANGRAND. Au cours des discussions le Dr BERDEGUE a souligné l´intérêt d´Haïti à ratifier deux accords internationaux d´importance capitale pour le pays : i) l´Accord de 2009 relatif aux mesures du ressort de l´Etat du port qui donnerait les moyens au pays de lutter contre la pêche illégale et illicite et ainsi protéger ses ressources marines et ii) le Traité international de 2001 sur les ressources phytogénétiques pour l´alimentation et l´agriculture qui offrirait des possibilités aux agriculteurs haïtiens d´avoir accès à des variétés de semences de qualité.

Le Ministre de l´Agriculture a pour sa part a souligné les quatre domaines possibles de coopération avec la FAO que sont : la production de semences, l´irrigation, la pêche et l´aquaculture et la mise en place d'un système d´alerte précoce à la sécheresse. D´ailleurs, la Banque Interaméricaine de Développement (BID) en Haïti a confirmé lors de la réunion avec l´ADG qu´elle comptait renforcer son partenariat avec la FAO, notamment pour aider le MARNDR à développer ces quatre domaines clés.

M. BERDEGUE a également rencontré le Ministre de l´Environnement, M. Joseph JOUTHE, à qui il a réitéré la volonté de la FAO de continuer à soutenir le Ministère de l´Environnement par le renforcement de ses capacités, en particulier dans les domaines liés au changement climatique.

L´ADG a poursuivi la série de rencontres avec des partenaires internationaux. Abordant la question de l´efficacité de l´aide, Dr BERDEGUE et l´Ambassadeur de l´Union Européenne (UE) en Haïti, M. Vincent DEGERT, se sont notamment mis d´accord sur la nécessité pour la FAO et l´UE de maintenir le plaidoyer en faveur du renforcement des instruments législatifs afin d´enregistrer des avancées, malgré les difficultés, surtout dans le domaine de la sécurité alimentaire.

La réunion avec l´Agence Espagnole de Coopération Internationale au Développement (AECID), par l´intermédiaire de son Coordonnateur Général, M. Manuel ALNA CANO, a porté sur le renforcement du partenariat entre les deux institutions par le développement et la mise en œuvre de projets, financés par l´AECID, visant l'amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations agricoles par la promotion des pratiques agricoles résilientes aux changements climatiques.

L´ADG a fait plaidoyer auprès de l´Ambassade du Mexique pour une coopération Sud-Sud entre Haïti et le Mexique, qui pourrait se matérialiser par un soutien financier ou technique, en s´appuyant sur la FAO, notamment pour les quatre domaines prioritaires du ministère de l'Agriculture. Par ailleurs, les discussions de l´ADG avec l´Ambassade du Canada ont été l´occasion d´identifier des domaines de collaboration, en particulier la résilience, qui pourrait servir à construire un pont pour évoluer de la réponse à l´urgence au développement afin d´assurer des changements durables en Haïti.

L´ADG a achevé sa visite par une réunion avec les Députés du Front Parlementaire contre la Faim en Haïti (FPFH) . Les échanges ont essentiellement porté sur les efforts nécessaires du Front Parlementaire visant à renforcer l´arsenal législatif dans la lutte contre la faim et la malnutrition en Haïti. L´ADG a rappelé aux parlementaires que ce sont eux qui détenaient les clés pour éradiquer la faim dans le pays. Car les « solutions techniques existent mais le cadre juridique doit être fort pour relever ce défi ».

EJ/Radio Métropole Haïti