C'est un exercice fiscal 2018-2019 qui prend fin dans un contexte particulièrement difficile.

Alors que l'économie est moribonde, une production nationale inactive : les activités sont paralysées dans le pays depuis plus de 2 semaines, ce qui vient compliquer davantage la situation.

Qu'il s'agisse du taux de change, de l'inflation ou encore du taux de croissance, ces indicateurs ont atteint un niveau record durant cette année fiscale, selon l'analyse de l'économiste Enomy Germain. C'est la politique qui a pris l'économie en otage.

Autrement dit, c'est un exercice fiscal catastrophique sur le plan économique qui s'achève pour entamer l'année 2019-2020 d'ici ce 1er octobre et ceci dans pratiquement les mêmes conditions, suivant le constat des économistes.

Qui pis est, le même budget 17-18 sera reconduit automatiquement, car le pays ne dispose toujours pas de nouvelle loi de finances.

Etzer Emile n'y va pas par 4 chemins pour démontrer que l'inexistence de cet outil de planification et de gestion empêchera le gouvernement d'aboutir à des objectifs économiques clairs.

Même son de cloche du coté de l'économiste Marc Alain Boucicault qui prévoit de grandes difficultés pour le prochain gouvernement en matière économique.

Le prochain gouvernement aura donc du pain sur la planche. A noter que l'année fiscale 2018-2019 s'en va en laissant plus de 5 millions de personnes en situation de besoin alimentaire dont 2.6 millions en situation d'urgence.

EJ/Radio Métropole Haïti