L'anarchie et le chaos se sont installés dans la ville des Cayes (Sud) au cours des derniers jours. Les scènes de pillages et d'incendie se multiplient en dépit d'une diminution des manifestations anti gouvernementales. Des groupes de casseurs, le visage couvert, arpentent les rues et rançonnent les passants.

Les autorités locales n'ont fait état d'aucune disposition pour ramener la paix dans la cité. Les forces de l'ordre réalisent peu d'intervention pour protéger les vies et les biens.

Les policiers semblent résolus à conserver leur énergie pour défendre leur commissariat puisque des rumeurs circulent sur une attaque des bandits armés.

La ville est livrée aux bandits munis d'armes à feu et d'armes blanches et qui imposent leur loi. Ces groupes ont attaqué hier l'hôpital public Immaculée Conception. Ils ont emporté des matériels et l'argent de plusieurs malades. Une femme de 70 ans a été violée par les bandits.

L'hôpital est pratiquement fermé puisqu'il n'y a aucun personnel médical. Outre l'hôpital Immaculée Conception, deux autres hôpitaux ont été contraints de fermer leur portes parce que ne disposant plus de matériels pour leur fonctionnement.

Entre temps les habitants de la ville sont confrontés à une pénurie d'eau et le carburant n'est plus disponible. La nourriture manque suite aux pillages de plusieurs magasins et aux attaques contre des marchands.

Apres les violences la ville des Cayes est pratiquement confrontée à une crise humanitaire.

LLM / radio Métropole Haïti