La crise haïtienne a été à l'ordre du jour d'une réunion spéciale du Conseil de Sécurité des Nations Unies hier jeudi 3 octobre 2019. Cette réunion a été convoquée à l'initiative de la République Dominicaine.

M. Miguel Vargas, Ministre des Affaires Étrangères de la République Dominicaine, a expliqué que le Conseil de sécurité des Nations Unies s'était réuni d'urgence, tard dans la soirée, afin d'évaluer la grave crise socio-politique et économique.

Haiti est au bord de la crise humanitaire en raison des 3 semaines de blocage des axes routiers et de violences dans la cadre d'une mobilisation anti gouvernementale.

La rencontre s'inscrivait dans le cadre de la recherche d'un soutien des pays membres pour un dialogue conduisant à un accord national mettant fin à la violence et à l'instabilité en Haïti. " Nous soutenons le Président Jovenel Moïse, élu démocratiquement et attirons l'attention sur la responsabilité de la communauté internationale et sur la nécessité de ne pas abandonner la République d'Haïti ", a dit M. Vargas devant les membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon le Chancelier dominicain la situation en Haïti a un impact négatif sur la République Dominicaine, qui a été contrainte de renforcer le dispositif sécuritaire à sa frontière. " Ce que nous voyons en Haïti ces temps-ci peut sembler banal, mais c'est inacceptable pour des pays comme ceux représentés au Conseil de sécurité, a expliqué le ministre dominicain.

Les troubles politiques ont un impact négatif sur les échanges commerciaux entre les deux pays. Le volume des échanges dans le cadre du marché bi national a considérablement diminué au cours des derniers jours.

LLM / radio Métropole Haïti