Le Président de la Pépublique Jovenel Moïse pointe du doigt des secteurs et personnalités qui sont, selon lui, les régénérateurs du système d'injustice dans le pays.

Le chef de l'Etat qui rencontrait la presse ce mardi au palais national, a en effet indiqué qu'il est en train de payer les frais de mesures prises par son administration de supprimer certains contrats juteux, profitables à certains secteurs.

Tout en admettant que le pays vit actuellement une situation socio économique difficile, Jovenel Moise, évoque l'absence de gouvernement comme étant à l' origine de ce fait.

Il a fait remarquer qu'il n'entend pas démissionner.

Le chef de l'Etat se refugie derrière la constitution et derrière le peuple qui serait son boss. Ainsi, en a t-il profité pour réitérer son appel au dialogue.

En dépit du fait que pratiquement tous les secteurs de la vie nationale se refuse de le rencontrer, Jovenel Moise reste convaincu que seul le dialogue peut éviter le pays de sombrer dans le chaos, rassurant qu'aucun sujet ne sera tabou, dans le cadre de ces assises.

-Les déclarations du président de la République ne font que compliquer le travail du comité présidentiel. C'est ce que pense l'ancien Premier ministre Evans Paul. Membres de la commission de dialogue mise en place par l'exécutif.

Selon lui le locataire du Palais National devrait jouer la carte de l'apaisement et non la confrontation.

De son coté Me André Michel relève de l'incohérence dans le propos du président Jovenel Moïse qui critique un système dont il est bénéficiaire. Le porte-parole de l'Alternative consensuelle appelle à la poursuite de la mobilisation antigouvernementale.

EJ/Radio Métropole Haïti