L'Opposition modérée haïtienne multiplie les initiatives dans le cadre des efforts visant à renverser le chef de l'état Jovenel Moïse. Plusieurs partis politiques, considérés comme membre d'une opposition modérée ont radicalisé leur position au cours du week end en réclamant ouvertement la démission du chef de l'état.

Ces partis politiques, dont Organisation du Peuple en Lutte (OPL), Fusion des Sociodémocrates, Vérité branche de Genard Joseph, Veyé Yo avaient été des alliés du chef de l'état dans la cadre de son premier gouvernement. Ces formations politiques, regroupés au sein de la structure Maché Kontré, proposent la formation d'un conseil de Transition qui aura la charge de nommer un président provisoire et un Premier Ministre.

Contrairement à l'Alternative Consensuelle pour la Refondation d'Haiti, ils s'opposent à la désignation d'un juge de la Cour de Cassation arguant qu'il faut une vraie rupture avec le système.

La présidente de la Fusion, Edmonde Supplice Beauzile, a laissé entendre que le regroupement est disposé à négocier avec les autres acteurs en vue de trouver un consensus.

Mme Beauzile a appelé hier à la mobilisation permanente de la population en vue de forcer le président Moïse à la démission. Présente lors de la manifestation d'hier, l'ex sénatrice a critiqué certaines interventions des forces de l'ordre.

Le regroupement Maché Kontré a déjà eu des échanges avec les membres de la commission Passerelle mise en place par la société civile.

LLM / radio Métropole Haïti