Le porte-parole de la Passerelle se réjouit de la signature d'un accord par l'opposition plurielle sur l'après-Jovenel Moïse.

Selon Lemète Zéphyr, les discussions ayant mené à la conclusion de cette entente entre les opposants au pouvoir en place se sont déroulées dans une ambiance démocratique, où chaque partie a pu faire valoir son mot.

En attendant que ce document traduisant le vœu de divers secteurs de la vie nationale soit acheminé au président de la République, Jovenel Moïse, dont ils réclament la démission, les acteurs politiques et membres de la société civile poursuivent les discussions en vue de la Transition.

Partie prenante des discussions déroulées à l'Hôtel Marriott sous les auspices de la Passerelle, Fanmi Lavalas ne s'est pas aligné sur le choix d'un juge de la Cour de cassation pour diriger la transition d'après-Jovenel.

Toutefois, dans une note rendue publique, dimanche, le Parti de Jean Bertrand Aristide encourage la poursuite de la mobilisation contre le pouvoir en place.

“L'entente paraphée par des leaders de l'opposition pour révoquer Jovenel Moïse est plus forte que la différence qui existe entre les acteurs pour définir son remplaçant “, a déclaré Maryse Narcisse, ancienne candidate à la présidence qui réitère la volonté du parti Fanmi Lavalas de continuer à se mobiliser pour faire échec à l'occupant du palais national.

Selon elle, ce départ constituera une base pour mettre le pays sur les rails du développement.

Rappelons que le parti de l'ex-président Jean Bertrand Aristide préconise la formation d'un gouvernement de « salut public » pour mener à bien la transition d'après-Jovenel, alors que cinq autres entités de l'opposition se sont mis d'accord pour choisir un juge de la Cour de cassation en remplacement de Jovenel Moïse.

D'où sortira celui qui, éventuellement remplacera Jovenel Moïse ? Désormais, les opposants au pouvoir en place ont trouvé réponse à cette question. Cinq entités de l'opposition ont paraphé un accord en ce sens.

En effet, la signature du document s'est effectuée à l'issue d'une “Table de concertation”, organisée à l'hôtel Marriott les 8 et 9 novembre par la Passerelle, structure regroupant des forces vives de la nation qui s'est donné pour mission d'unifier l'action des opposants au pouvoir pour préparer l'après-Jovenel.

L'Alternative consensuelle, l'opposition institutionnelle, le Forum patriotique, le Bloc démocratique et Mache Kontre, se sont mis d'accord pour que le président de la Transition soit issu de la Cour de la cassation.

Dans l'intervalle, une commission de sept membres a été formée avec des représentants des cinq blocs politiques, accompagnés de deux membres de la Passerelle appelés à jouer le rôle d'observateurs afin de choisir le juge de la Cour de cassation qui remplacera, éventuellement, le président Jovenel Moïse.

Cette commission définira les critères de choix du Premier ministre et des membres du gouvernement provisoire. Elle travaillera également sur la feuille de route et un organe central de contrôle de l'action du pouvoir exécutif durant la période de transition.

EJ/Radio Métropole Haïti