Le secrétaire général du Conseil des Ministres, Reynald Lubérice, critique vertement le comportement de certains élus et des juges de la Cour de Cassation. Il qualifie d'inacceptable les actions de quelques sénateurs et des juges de la cour suprême impliqués selon lui dans un processus anti constitutionnel et antidémocratique visant à renverser le chef de l'état.

Dans la ligne de mire de M. Lubérice les juges de la Cour de cassation qui a aucun moment n'ont démenti les informations faisant état de négociations politiques avec l'opposition. " Si la Cour de cassation se prend au sérieux elle devrait publier une note pour dire qu'elle n'accepte pas le principe de coup d'état, a martelé M. Lubérice lors d'une interview exclusive à radio Métropole.

Il s'étonne qu'un juge dont la fonction est d'administrer la justice, qui fait partie du système puisse être, comme par enchantement, choisi pour changer le système. Il ironise la démarche des politiques et des juges faisant valoir que le président provisoire qui sera désigné remplacera le président symbolique de 2001, M. Gerard Gourgue.

En ce qui a trait à l'entente de Marriott, M. Lubérice juge que c'est une non entente. On ne peut pas trouver d'entente quand elle met en péril les libertés individuelles et les institutions démocratiques garanties par la constitution, dit-il. Pour lui la priorité est l'arrêt de la violence qui paralysent les activités économique et académique. Il faut qu'on cesse d'utiliser la terreur comme démarche politique, insiste t-il.

Le secrétaire général du conseil des ministres ne décolère pas contre le sénateur Youri Latortue qui a dénoncé l'achat de 14 véhicules blindés. C'est un dossier de sécurité nationale. Cela peut arranger un sénateur que le chaos s'installe dans le pays. Quand le sénateur n'a rien à faire, qu'il n'arrive pas à ratifier un gouvernement, qu'il n'arrive pas à voter un seul texte de loi qui puisse améliorer les conditions de vie de la population, c'est ahurissant. Qu'on ait des élus foncièrement incompétents, qui en 4 ans n'ont pas fait leur travail et qui s'érigent en donneur de leçon. Ces gens n'arrivent à rien faire qui puisse servir le pays. L'histoire retiendra que c'est une situation tordue, a conclu M. Lubérice.

LLM / radio Métropole Haïti