Le coordonnateur du réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, a dressé ce 10 décembre 2019 devant le Congrès américain, un rapport accablant sur la situation des droits humains en Haïti.

M. Espérance a accusé le gouvernement de favoriser la prolifération des gangs armés. Les gangs sont mieux armés que la Police, a dit M Espérance rappelant que 44 policiers ont été tués au cours de cette anneee.

De plus il a dénoncé l'utilisation de la violence par les forces de l'ordre contre les opposants politiques. La répression violente de manifestation a fait 187 décès, dont 42 tués d'une balle à la tête, a laissé entendre le défenseur des droits humains..

Le coordonnateur du RNDDH a également accusé le gouvernement d'avoir instrumentalisé la justice. Il soutient que les dossiers impliquant des proches du pouvoirs dont celui de Petrocaribe ont été bloqués.

Par ailleurs il a critiqué la passivité des autorités dans la lutte contre la détention préventive prolongée. 74% des détenus sont en détention préventive prolongée, a expliqué M. Espérance.

Il attire l'attention sur les conditions de vies dans les prisons rappelant que les centres carcéraux peuvent accommoder 3 000 personnes alors que le nombre de prisonniers actuel est de 11 000.

LLM / radio Métropole Haïti