L'Opposition haïtienne affiche une certaine unité et refuse toute forme de dialogue avec le. chef de l'état, Jovenel Moïse. Les 5 entités signataires de l'accord de Marriott ont opposé une fin de non recevoir à une invitation du chef de cabinet du président Jovenel Moïse.

Les partis politiques impliqués dans l'accord de Marriott refusent de discuter de cet document avec le chef de l'état. L'un des porte parole de l'Alternative Consensuelle, André Michell, justifie cette décision par le souci des partis de discuter uniquement du départ ordonné du président Moïse.

Les leaders de l'opposition exigent comme préalable des signaux clairs relatifs à la démission du président Moïse.

Le départ ordonné du président Moise est le seul thème d'une éventuelle rencontre entre les protagonistes. Pour M. Michel il s'agira tout de même d'un dialogue.

La réponse collective des signataires de l'accord de Marriott est un témoignage du raffermissement des liens entre les partis politiques de l'opposition radicale. Les dirigeants politiques ont discuté pendant 3 heures d'horloge hier afin d'harmoniser leurs points de vue.

André Michel ne jure que par les manifestations de rues et les pays lock pour renverser le président Moïse. En refusant la main tendue du chef de l'état l'opposition se résout à utiliser la stratégie de la mobilisation populaire.

M. Michel admet que la mobilisation est au plus bas mais se dit confiant qu'une reprise est pour bientôt.

LLM / radio Métropole Haïti