Le président de l'association Nationale des Magistrats Haitiens, (Anamah), Jean Wilner Morin, presse les autorités gouvernementales et judiciaires haïtiennes à délocaliser le Palais de Justice de la capitale en raison des exactions des groupes armés de La Saline dans la zone Les juges ne peuvent faire parler la loi ou le droit dans une zone de non droit, affirme M. Morin regrettant la mort de plusieurs membres de l'appareil judiciaire lors des attaques des bandits.

Il insiste sur la nécessité pour que les juges puissent travailler dans un climat de sérénité. Depuis septembre 2018 la zone du bicentenaire est considérée comme une zone de non droit en raison des affrontements entre groupes armés pour le contrôle du marché de La Croix des Bossales et d'autres territoires.

Le service public de la Justice est bloqué, insiste le juge Morin faisant valoir que les forces de l'ordre ne peuvent faire comparaître les criminels par devant leurs juges. En raison de la situation de blocage des derniers mois la population carcérale a augmenté de 10%, révèle le juge Morin.

Interrogé sur les options dans le cadre d'une délocalisation le président de l'Anamah recommande l'utilisation des édifices anciennement utilisées par la Cour des Comptes ou la Cour de Cassation.

Il soutient que la délocalisation est indispensable puisqu'elle permettra aux forces de l'ordre de réaliser les interventions nécessaires en vue de pacifier la zone. De l'avis du juge Morin jusqu'à présent la Police n'a répondu que faiblement aux offensives des groupes armés.

LLM / radio. Métropole Haïti