Les représentants de plusieurs formations politiques et du gouvernement participent ce jeudi 30 janvier 2020 à la deuxième journée d'une conférence politique organisée par le Comité Haitien d'Initiative Patriotique (CHIP). L'objectif de la rencontre qui se déroule à la Nonciature apostolique est de parvenir à un accord de sortie de crise.

Même si le terme dialogue n'est pas utilisé il s'agit des premières discussions directes entre l'opposition radicale et la Présidence. Aujourd'hui les participants doivent plancher sur les trois propositions qui ont été retenues lors de la première journée de travail.

Aucune information n'a filtrée le sur la teneur des propositions ni sur les points débattus.

Si le Chip est considéré comme l'initiateur de la conférence la démarche bénéficie de l'appui sans faille des représentants de la communauté internationale dont la représentante du secrétaire générale de l'ONU et cheffe de la BINUH, Hellen La Lime et le représentant permanent de l'OEA.

Parmi les participants figurent deux signataires de l'accord de Marriott. Considérés comme l'aile dure de l'opposition les dirigeants du Bloc Démocratiques et de Mache Kontré ont convenu de revenir à la table des discussions.

Les signataires de l'accord de Kinam sont également présents ainsi que des partis non alignés comme le Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) d'Eric Jean Baptiste et le CONA de Joseph Lambert.

En outre des représentants de la conférence des évêques et de la Fédération Protestante participent également aux discussions.

Des conseillers du chef de l'état et des dirigeants du parti au pouvoir sont impliqués directement dans les discussions devant aboutir dans le meilleur délai à un accord politique indispensable avant la formation d'un gouvernement de consensus.

LLM / radio Métropole Haïti