Le Bloc démocratique, signataire de l'accord de Marriott, a rejoint les discussions visant une solution négociée à la crise haïtienne. M. Emmanuel Ménard, un des dirigeants du Bloc, justifie cette décision par la nécessité d'avoir " l'intelligence des conjonctures". Nous ne pouvons avoir une position jusqu'au-boutiste il faut que les lignes bougent, a dit M. Ménard faisant allusion à la démission du chef de l'état, principale revendication de l'opposition radicale.

M. Ménard a révélé que l'une des trois propositions en discussion avait été formulée par le Bloc Démocratique. Aucun sacrifice n'est trop grand pour le pays, a rappelé M. Ménard faisant remarquer que l'heure des sacrifices a sonné.

Il prévient que l'objectif du Bloc n'est pas d'obtenir des postes au sein d'un gouvernement mais de dialoguer dans l'intérêt de la nation. De l'avis de M. Ménard si les deux protagonistes sont conscients de la nécessité de faire des sacrifices on pourra parvenir à un compromis politique qui créera un dégel de la situation.

Au delà de la formation d'un gouvernement il faut apporter des solutions aux problèmes politiques, a dit M. Ménard appelant les acteurs politiques à enterrer la hache de guerre.< br>
Il juge que la première journée de dialogue s'est déroulée normalement chaque acteur s'évertuant à présenter ses argumentaires.

Outre le Bloc Démocratique, le regroupement Maché Kontré, signataire de l'accord de Marriott participe également à la conférence politique organisée par le CHIP.

LLM / radio Métropole Haïti