La Présidence haïtienne estime que la conférence politique a permis de réaliser des avancées dans les négociations. M. Jude Charles Faustin, conseiller du chef de l'état, attire l'attention sur des points qui ont suscité le consensus entre le gouvernement et l'opposition.

La nécessité de rédiger une nouvelle constitution est reconnue par la quasi totalité des participants, a fait valoir M. Faustin.

En ce qui a trait aux désaccords M. Faustin a expliqué que les deux parties n'ont pu trouver une entente sur la gouvernance. L'opposition préconise une réduction d'une année du mandat du président Moïse tandis que la Présidence insiste sur la nécessité de réaliser des réformes avant la fin du mandat. Le chef de l'état n'est pas accroché à un mandat mais à des réformes, insiste t-il.

Les deux parties divergent sur l'agenda proposé pour ces réformes. L'agenda proposé par l'opposition n'est pas réaliste, regrette M. Faustin.

Il annonce que le gouvernement entend poursuivre le dialogue afin de trouver un accord permettant la formation d'un nouveau gouvernement. Il promet que le chef de l'état n'entend pas nommer un Premier Ministre sans un accord politique.

LLM / radio Métropole Haïti