Le phénomène Pays Lock s'est avéré une catastrophe pour l'économie nationale à tous les niveaux.

65% des entreprises haïtiennes ont licencié des employés alors que l'agriculture a subi un choc important, selon l'analyse de l'économiste Kesner Pharel qui intervenait pendant le journal du matin.

Seul le secteur de la sous-traitance a tiré son épingle du jeu mais la situation demeure catastrophique, estime l'économiste.

L'état a eu recours au financement monétaire de la banque centrale pour environ 15 milliards de gourdes au cours des 3 premiers mois de l'exercice fiscal, déplore l'économiste Kesner Pharel.

Selon lui c'est le symptôme du ralentissement de l'économie qui a frappé le pays d'octobre à décembre.

Les errements de la politique locale influencent encore négativement la situation économique du pays estime-t-il.

le Fonds Monétaire International (FMI) dans un rapport présenté en octobre de l'année dernière avait indiqué que la croissance économique d'Haïti a donc chuté, perdant ainsi 1.4% par rapport aux chiffres de 2018, soit 1.5.

Dans ce document baptisé World Economic Outlook, Perspectives économiques Mondiales, l'organisation de Bretton Woods estime que pour les 5 prochaines années, l'économie haïtienne ne va pas connaitre de grandes accélérations.

EJ/Radio Métropole Haïti