Le chef de l'État haïtien, Jovenel Moïse, annonce une nouvelle disposition pour augmenter le nombre de femmes parlementaires dans la 51 ème législature. Il recommande une discrimination positive pour permettre de respecter le quota de 30℅ de femmes dans les postes décisionnels. C'est une disposition constitutionelle et je formule une stratégie pour respecter cette disposition, a laissé entendre M. Moïse lors d'une cérémonie spéciale à l'occasion de la journée mondiale de la femme le 8 mars.

Le chef de l'État s'est plaint que seulement 3 députés et une sénatrice avaient siégé dans la 50 ème législature. Il entend imposer sa réforme dans le prochain décret électoral.

M. Moïse se réjouit d'être débarrassé des entraves du Parlement. Si j'avais soumis ce projet de loi aux parlementaires ils l'auraient rejeté, a dit M. Moïse denoncant un acharnement des dirigeants politiques à maintenir le statu quo.

Le président Moïse affirme que sa réforme interdira la candidature masculine dans une trentaine de circonscriptions électorales. En ce qui a trait aux sénatrices le président Moïse n'a pas précisé la stratégie qu'il compte adopter. Il assure que sa réforme permettra l'élection de 8 sénatrices.

Le président Moïse envisage également de réaliser des réformes afin que le quota de 30 ℅ de femmes soient respecté pour les municipales et les collectivités territoriales.

On notera que le quota de 30℅ n'est pas respecté dans le nouveau gouvernement de Joseph Jouthe. Seules 3 femmes détiennent des portefeuilles alors que le gouvernement compte 18 ministères.

LLM / radio Métropole Haïti