Les autorités policières haïtiennes avaient mis en place ce mardi 28 avril 2020 un dispositif sécuritaire pour prévenir toute nouvelle manifestation des policiers du groupe Fantôme 509.

Des patrouilles mobiles étaient visibles notamment au carrefour de l'aéroport d'où était parti le mouvement hier. Des policiers avaient pris le contrôle du CRLDI de Delmas. Aucune activité de livraison de carte d'identification n'a eu lieu.

Au bureau de l'ONA des agents de sécurité étaient en poste. A l'annexe du ministère de l'économie et des finances, des policiers étaient sur place. L'accès au site était formellement interdit.

Le bilan des violences des policiers protestataires n'est pas encore connu. Les policiers réclament un salaire de 50 000 gourdes et des frais de 25 000 gourdes.

Le ministre de la justice, Lucmane Delille, a dénoncé les violences et exhorté les forces de l'ordre à appréhender leurs auteurs.

Le porte parole de la Police, Michel Ange Louis Jeune, a estimé que les policiers contestataires pourraient être manipulés par des entités externes. Une enquête a été diligentée par les autorités policières.

LLM / radio Métropole Haïti