L'association nationale des magistrats haïtiens (Anamah) lance un appel à la grève pour exiger de meilleures allocations dans le budget national 2019-2020. Le president de l'Anamah, Jean Wilner Morin, s'indigne que moins de 1% du budget soit alloué à la justice. La justice ne doit pas être à la remorque de la politique, a fait valoir M. Morin plaidant pour que les ressources financières et humaines soient gèrées par le conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ).

Il s'étonne que le ministre des finances ait voulu justifier les maigres ressources allouées au système judiciaire en évoquant des décisions historiques. Il souligne que plus de fonds doivent être alloués afin de favoriser l'ajustement de salaire des magistrats et la construction de tribunaux de paix et d'autres infrastructures judiciaires dans les 18 juridictions.

L'appel à la grève illimitée de l'Anamah est appuyée par l'association des professionnels magistrats. L'association des juges de paix est déjà en greve illimitée en vue de réclamer de meilleures salaires et la construction des tribunaux de paix se trouvant dans un état de délabrement.

Les magistrats réclament également le renouvellement des mandats des juges d'instruction et de première instance.

La grève des magistrats s'ajouterait au dysfonctionnement du tribunal de première instance de la capitale en raison de l'insécurité dans la zone du bicentenaire. De plus l'année judiciaire a été paralysée pendant plusieurs mois par les violences du peyi lok au cours du dernier trimestre de 2019.

LLM / radio Métropole Haïti