La liste des personnes devant bénéficier de la grâce présidentielle n'avait pas été efficacement traitée, a concedé ce jeudi 2 juillet 2020 le directeur des affaires juridiques du ministère de la justice, M. Levelt Milord. Le juriste a avoué que les responsables du ministère avaient cédé aux pressions de quelques organisations de défense des droits humains qui réclamaient la libération rapide des prisonniers dans le cadre de l'état d'urgence.

La liste de 430 personnes soumise au chef de l'état n'avait pas été épuré, a t-il laissé entendre.

Maitre Milord reconnait la justesse des critiques des acteurs du système et indique que l'enquête sur le scandale a déjà permis de sanctionner 2 commissaires du gouvernement . Il soutient que l'enquête a permis de retracer les autorités coupables de l'introduction des noms de 7 personnes sur la liste des graciés.

L'enquête se poursuit dans les juridictions d'Aquin et de Grande Rivière du Nord pour les 4 autres personnes incriminées.

Le directeur des affaires juridiques promet que les coupables seront sanctionnés.

LLM / radio Métropole Haïti