Le Conseil Électoral Provisoire (CEP) a été pour la première fois fragilisé en raison de la démission du conseiller Jean Simon Saint Hubert. Dans une correspondance au chef de l'état, Jovenel Moïse, le conseiller électoral a critiqué la gestion de l'administration regrettant que le pays se retrouve dans une situation " de facto".

Il considère la présence du président Moïse au pouvoir comme un coup d'état.

Représentant des organisations de défense des droits humains et membre de la POHDH, M. Saint Hubert inscrit son action dans la position de cet organisme. La POHDH s'oppose à l'organisation des élections et à la réforme constitutionelle prônées par le président Moïse.

En début de semaine un conseiller du président haïtien avait annoncé le lancement du processus électoral à la fin de cette année.

Le conseil d'administration du CEP, formé en 2016, est composé de 9 representants des divers secteurs de la société civile. Présidé par Léopold Bélanger le CEP avait repris récemment des séances de formation technique après une longue période d'hibernation.

LLM / radio Métropole Haïti