Le dirigeant politique Arnel Belizaire, incarcéré depuis le 29 novembre 2019, devra comparaître par devant le tribunal correctionnel. Le commissaire du gouvernement, Jacques Lafontant, affirme qu'il n'entend pas interjecter appel.

Il justifie sa décision par la possibilité qu'une sentence d'emprisonnement soit infligée à M. Bélizaire. Selon la législation la detention illégale peut conduire jusqu'à 15 ans d'emprisonnement.

Le chef du parquet de la capitale fait remarquer que les parties civiles dont l'ambassade américaine peuvent également interjeter appel de l'ordonnance du juge instructeur.

Je suis en faveur d'un procès équitable, a martelé M. Lafontant faisant valoir que le procès doit envoyer un signal aux individus impliqués dans les groupes armés.

M. Bélizaire est accusé de complot contre la sureté intérieure de l'état et de détention illégale d'armes à feu. Un autre individu Pierre Killick sera également renvoyé par devant le tribunal correctionnel. 4 autres compagnons de M. Belizaire pourront être remis en liberté selon l'ordonnance de clôture.

LLM / radio Métropole Haïti