Des spécialistes appellent à la réalisation d'études sur le faible impact du corona virus sur la population haïtienne.

Le docteur Dieudonné Jean Baptiste, spécialiste en médecine fonctionnelle, juge que la médecine traditionnelle a joué un rôle prépondérant dans la réponse positive face à la pandémie du covid 19. Il soutient que dans la paysannerie les gens sont exposés longtemps au soleil et n'utilisent pas le savon pour enlever la vitamine D qui s'était constitué sur la peau.

Par ailleurs des études ont démontré que les gens consommant de la viande et du lait en grande quantité sont exposées à des maladies cardio-vasculaires et le cancer.

De plus le docteur Jean Baptiste fait remarquer que les haïtiens bénéficient effectivementde soins parce que le système de structure de santé est faible. Ce qui n'est pas le cas dans les pays développés.

Il fait remarquer qu'on ne peut considérer l'environnement comme un facteur ayant limité l'impact du covid puisque la République Dominicaine est frappé de plein fouet.

D'autre part il rejette l'argumentaire faisant croire qu'il y a eu une souche moins virulente en Haïti. Haïti est ouvert il y a plusieurs souches de covid dans le pays, précise le spécialiste.

De son coté le docteur Franck Généus, affirme qu'on ne peut considérer la jeunesse de la population comme facteur déterminant. Toutefois il indique que l'activité physique est très forte chez les haïtiens en dessous de la classe moyenne. Ils font plus de 10 km par jour ce qui est recommandé pour être en forme physiquement.

Dr Geneus, spécialiste en santé publique , estime que le covid a révélé que le niveau de santé global est défaillant. Le mode de vie global à l'occidental entre en compétition directe avec la capacité de l'organisme de répondre à une agression de virus. En renforçant l'organisme on a la clé pour 80℅ des pathologies, ajoute t-il.

LLM / radio Métropole Haïti