Le commissaire du gouvernement qui s'est rendu sur les lieux à Pélerin 5, mardi, afin d'effectuer des prélèvements a pu constater que la scène du crime était souillée, que l'une des barrières donnant accès au domicile de maître Dorval était ouverte et que des barres de fer se trouvant sur l'une des portes métalliques de la maison avaient été sciées.

A l'intérieur de la maison, le bâton de fonction de maître Dorval était manquant et un certains nombre d'objet se trouvaient éparpillés, selon maître Ducarmel Gabriel.

Depuis vendredi soir un point fixe de la Police Nationale était pourtant en place pour sécuriser et préserver la scène du crime.

Les policiers qui assuraient la garde des lieux sont actuellement entendus au niveau l'inspection générale de la police révèle le commissaire du gouvernement.

Les assassins sont-ils retournés sur les lieux du crime ?

La disparition du bâton de fonction de maître Dorval, un objet hautement symbolique n'est pas anodine et pourrait être un indice concernant les motivations des auteurs du crime.

Par ailleurs les investigations suivent leur cours. Le médecin légiste a procédé mardi à l'autopsie du corps du défunt. Pour sa part, la police a effectué une enquête de voisinage dans l'espoir d'obtenir un témoignage ou du moins quelques indices. Plusieurs personnes ont été entendues. Tout sera fait pour que justice soit rendue à maître Montferrier Dorval affirme le commissaire du gouvernement de Port au Prince, Ducarmel Gabriel qui dit prendre ce dossier à cœur.

Intervenant ce mardi durant le journal du matin de Radio Métropole, il a donné la garantie que l'assassinat du bâtonnier de l'ordre des avocats ne restera pas impuni.

AL / radio Métropole Haïti