Le directeur du collège Canado-Haïtien, le frère Nelson Augustin, a rappelé que l'école est un sanctuaire inviolable, lors de son intervention ce jeudi, pendant le journal du matin de Radio-Métropole, au lendemain de l'attaque. Il s'interroge sur les motivations réelles de cette action violente contre une institution privée.

"En quoi le collège Canado-haïtien est-il responsable de l'absence des professeurs dans les salles de classe des écoles publiques ?
Pourquoi attaquer avec autant de violence, une institution qui subit aussi les conséquences des problèmes accumulés dans le pays en raison de décisions qui n'ont pas été prises depuis des décennies ?"
insiste le responsable qui a déclaré que le droit de revendiquer a des limites.

Un système éducatif à la dérive
Le frère Augustin déplore que désormais, libre cours soit laissé à la violence et à l'anarchie. Il regrette également le manque de pilotage au sein du secteur éducatif, pour faire face à la crise actuelle. L'école paie le prix de l'ambiance qui prédomine dans le pays selon le frère Nelson Augustin. Il prône une réflexion pour une vraie réforme de l'éducation en Haïti.

Après cette attaque qui fait des dégâts importants, ainsi qu'un blessé, les activités scolaires sont suspendues au Collège Canado-haïtien, jusqu'au lundi 14 septembre, le temps d'effectuer des réparations et de permettre aux élèves traumatisés de se reprendre.

AL / radio Métropole Haïti