La quasi-totalité des acteurs politiques sont dans l'attente d'une baisse significative des prix des produits de première nécessité. Cette baisse est inéluctable compte tenu de l'appréciation de la gourde par rapport au dollar. Cependant chaque acteur politique ou économique s'attribue cette victoire face au billet vert.

Le chef de l'état, M. Jovenel Moïse, assure que les décisions judicieuses de son administration ont permis cette baisse. Il soutient que la hausse du taux de change est le résultat des spéculations d'entrepreneurs sur le marché.

Il promet de prendre des décisions pour défendre les intérêts des couches defavorisées de la population.

Le président dit être dans l'attente de la baisse des prix des produits. Il déplore que les ajustements de prix à la hausse soient prompts contrairement aux réductions.

De son coté le chef de file de Pitit Dessalines, M. Moïse Jean Charles, exprime un avis divergent. Opposant farouche au chef de l'état et proche des gouvernement de gauche de l'Amérique latine, M. Jean Charles assure que la baisse du taux de change de la gourde est le résultat de la mobilisation de l'opposition. Il juge que les pressions sur les autorités monétaires et les entrepreneurs ont porté des fruits.

L'ex ccandidat à la présidence n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. Il exige que les importateurs répercutent dans les 15 jours la baisse sur les produits de première nécessité.

M. Jean Charles s'attend à une accélération de la baisse du taux de change dans les prochains jours.

Les acteurs politiques se sont appropriés de l'épineux dossier du taux de change, qui n'est plus de l'apanage des autorités monétaires et des économistes.

LLM / radio Métropole Haïti