Le président de l'UNATAH, Pierre Renel annonce le passage à une étape supérieure du mouvement des sous-agents de transfert après la marche pacifique réalisée mercredi à Carrefour pour réclamer le retrait de la circulaire 114-2 de la BRH obligeant le paiement des transferts en gourdes.
Alors que cette directive entre en vigueur ce jeudi 1er octobre, les bureaux fermés depuis dimanche dernier, en signe de protestation, vont le rester a promis Pierre Renel pendant le journal du matin de Radio Métropole.
« La BRH et les banques ne peuvent nous priver de la plupart de nos bénéfices et nous contraindre à la faillite » a-t-il déclaré.
La mise en application de la circulaire va aussi nuire aux destinataires des transferts qui ne pourront plus faire de compromis avec les sous-agents de transfert sur la monnaie de réception a-t-il déploré.
« La BRH a décidé du jour au lendemain que les bureaux de transfert n'ont plus le droit de faire du change, sans nous consulter, ni nous accorder de contrepartie » dénonce le responsable de l'UNATAH.
Aujourd'hui les sous-agents de bureau de change, qui appartiennent à la classe moyenne et qui ne font pas de gros profit, n'ont d'autre choix que de rester fermé et de poursuivre leur mouvement jusqu'à nouvel ordre, assure le responsable de l'UNATAH. Pierre Renel affirme préparer de nouvelles actions pour tenter d'attirer l'attention des autorités sur le sort que réserve la mise en application de la circulaire 114-2 de la BRH, aux sous-agents de transfert.

AL / radio Métropole Haïti