Le ministère des travaux publics (44,1 milliards de gourdes), ceux de l'Education (29,1 milliard) et de la Justice (20,6) sont les grands gagnants du budget 2020-2021, dont on connait désormais l'affectation des dépenses.
Du côté des perdants se trouvent le ministère de la Santé qui à envron 10 milliards, subit une forte baisse après le passage de l'épidémie de Coronavirus, ainsi que le secteur de la culture avec seulement 600 millions de gourdes d'affectation au sein du budget.
Le niveau représenté par la dette publique et la subvention de l'énergie est inquiétant selon Kesner Pharel qui évoque un montant total de 86,2 milliards de gourdes, en nette augmentation.
2021 sera une année électorale et à ce titre 3,116 milliard de gourdes sont prévus pour financer les élections signale l'économiste.
De même, 500 millions de gourdes iront directement aux partis politiques. Si les élections sont un échec il s'agira d'une perte sèche pour le trésor public fait-il remarquer

« 2021 sera une année électorale et donc il existe un risque important que les autorités laissent filer les déficits publics. Inflation et dévaluation de la gourde pourraient être au rendez vous » prévient l'économiste qui intervenait lors du journal du matin de Radio Métropole.

Rappelons que le budget 2020-2021 présenté jeudi dernier, atteindra le montant record de 254,7 milliards de gourdes.

AL / radio Métropole Haïti