Le président de l'ANAMAH,le juge Jean Wilner Morin, appelle les autorités à s'asseoir avec le CSPJ, les associations de magistrats, de greffiers et du personnel judiciaire pour trouver une entente susceptible de garantir une excellente année judiciaire.
Alors que ce 05 octobre marque la réouverture officielle des tribunaux, la grève des greffiers entre dans sa 7e semaine, déplore-t-il.
Il insiste donc pour que les autorités prennent conscience que ce mouvement perturbe le fonctionnement de l'appareil judiciaire.
Intervenant pendant le journal du matin de Radio Métropole, il s'est interrogé sur la capacité des tribunaux à fonctionner après la rentrée judiciaire, en l'absence de ces officiers de justice, qu'il considère indispensables.

Par ailleurs, le juge Morin prévient dés à présent, les autorités, que les associations de magistrats sont en train de passer le budget 2020-2021 à la loupe pour déterminer s'il est satisfaisant.
Pour l'instant, il salue la légère augmentation du montant attribué à la justice, mais déplore qu'aucun travail de rénovation n'ait été entrepris au niveau des tribunaux. De plus, il note que le renouvellement du mandat des juges est toujours en attente. Ce qu'il trouve inquiétant.
« Nous ne voulons pas recourir à la grève chaque année, pour protester contre les carences de l'état. Les autorités doivent se pencher sur le renouvellement du mandat des magistrats, afin de ne pas nous obliger à y avoir recours à nouveau. » a-t-il prévenu.

AL / radio Métropole Haïti